Ne pas avoir peur de "changer"

Par Marie le

  • Actus Générales

La peur du changement, un sujet récurrent ces dernières années. Cet article se veut démocratisant sur la volontée de changer. Tout le monde a le droit de vouloir changer dans sa vie professionnelle (et même personnelle) ; cette volonté d'évoluer, d'augmenter et améliorer ses capacités. Mais nous avons également tous le droit de ne pas avoir besoin de changer, ne pas avoir recours à la formation. 

La peur du changement 

Que ce soit un changement planifié ou un autre qui arrive sans crier gare, l’un et l’autre mobilisent nos capacités d’adaptation et peuvent même nous effrayer. Quand nous pouvons maîtriser cette peur du changement, nous comprenons donc que ce moment permet de nous développer, de grandir et de réaliser une envie toujours plus grande.

La peur du changement vient évidemment de la peur de l’échec ; de l’angoisse de ne pas être à la hauteur. Apprendre à connaitre et à manier quelque chose de nouveau, qu'on ne maîtrisez pas encore, n'est pas chose aisée pour tous. Et cela peut vite poser problème, nous faire nous poser mille questions. A ce moment là, nous commençons à avoir peur de toutes les situations possible qui s'offriront à nous. Par exemple, la peur de la nouveauté et de ce qu’elle pourrait apporter par la suite ; ou encore peur de la déception. Et c'est alors que la question fondamentale se posera : le nouveau sera-t-il à la hauteur de l’ancien ? La question qu'il ne faut justement pas se poser, surtout pas. Pour se faire des expériences et réussir à évoluer, il faut avant tout s'écouter soi et ne pas penser à "après", ne jamais regretter une décision. Si cette décision a été faite c'est qu'elle devait avoir lieu à un moment. C'est tout. 

 

Comment la surmonter ?

Il est tout d’abord nécessaire de s’interroger sur sa motivation à changer :

  • Pourquoi voulons-nous changer ?
  • Dans quel but ?
  • Qu’est-ce que je recherche ?
  • S’agit-il d’un nouveau challenge à relever ?
  • Ce changement répond-il à un besoin/un manque ? Si oui, lequel ?
  • Pourquoi ai-je besoin de ce changement maintenant ?
  • Est-ce le bon moment pour l’amorcer ? 

Toutes ces questions sont nécessaires et importantes à se poser afin de mieux se préparer. Plus vous comprenez vos motivations, plus vous augmentez vos chances de parvenir à réussir votre changement.

Attention, “changer pour changer” n’a pas de sens. Le changement n’est pas une valeur absolue en soi ! Exit les discours promouvant systématiquement le changement ou l’érigeant comme moyen de parvenir au bonheur. Chacun est libre de vivre comme il le souhaite ! Et si cela implique par exemple, de rester toute sa vie dans la même entreprise…et bien peu importe ! Le “bon” changement, celui qui est vertueux, répond à notre désir/à un besoin personnel. Notre capacité à nous transformer pour rejoindre quelque chose que l’on ne connaît pas doit répondre à une envie et non à une exigence extérieure. Tout quitter pour se réinventer vient de soi, et non des autres. 

 

Les pièges à éviter 

S’entêter et refuser de lâcher prise

Pendant que nous continuons à résister, le temps passe et nous retardons l’occasion d’évoluer autrement.

Se lancer tête baissée sans réfléchir

Toute personne ayant décidé de changer ou de se former, doit prendre le temps de penser à ce quelle veut vraiment, vers où veut-elle aller/arriver après cette formation ?

Se décourager

Il faut savoir qu’une nouvelle habitude prend en moyenne 66 jours à s’installer. Motivez-vous, en attendant que le changement opère. Partagez votre nouvelle situation avec votre entourage, celui-ci vous encouragera et vous aidera aussi à être plus motivée et à tenir !

 

Prendre des risques, pour atteindre ses objectifs 

Prendre le risque de changer représente aussi prendre le risque de se tromper. Certains diront qu’il vaut mieux se contenter de ce que l’on a. Mais prendre le risque de changer, peut aussi s'avérer positif. Sortir de sa zone de confort, chercher plus loin pour accomplir une compétence nouvelle, se challenger pour accèder à un niveau supérieur. Prendre des risques, c’est aussi créer les conditions pour qu’il puisse nous arriver quelque chose de mieux. 

C'est lorsque vous serez 100% prêt que vous le ressentirez ! Et une fois le cap passé, renseignez-vous au sein de votre entreprise ou directement sur votre compte d'activité pour prendre connaissance des heures de formation dont vous disposé.

Pensez-y, ne serait-ce qu'un peu. Si cet article vous a inspiré et aidé à passer LE fameux cap auquel vous pensez depuis plusieurs mois, voir année, faites-le nous partager ! On adore échanger avec vous sur toutes ces problématiques !

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter cet article.

Il n'y a aucun commentaire pour cet article.